Sur la route de Dallas

Il ne s’agit pas d’être en retard : une séance de rodéo nous attend à Forth Worth, ville voisine de Dallas. Nous cherchons un endroit pour déjeuner sur le pouce. Sur la route, un peu au nord de Waco, nous tombons sur un lieu très fréquenté. Son nom est Czech Stop. Sur place, nous trouvons une épicerie et une pâtisserie : Little Czech Bakery. Incroyable, il s’agit d’une boutique tchèque où les Texans se pressent pour acheter des produits d’Europe centrale. J’avais appris à l’Institut des Cultures Texanes de San Antonio que des populations de Bohême s’étaient installées dans cette région, mais je n’avais pas conscience de la persistance dans le temps de leurs coutumes gastronomique.

P1100180

J’interroge une sorte de cow-girl (veste western blanche et bottes à la Calamity Jane) qui attend au bout d’une longue file d’attente. « Ici on trouve des kolaches », me renseigne-t-elle. « Essayez, ils sont vraiment délicieux ». La petite friandise tchèque était sans doute la dernière des choses que je m’attendais à trouver au Far West. Dans la file d’attente, j’examine l’endroit. Il y a des casquettes et des tee-shirt en langue tchèque, souvent à la gloire de la bière (point commun aux deux pays, quoique la bibine américaine fasse plutôt pâle figure face aux Pilsner). Des conserves de Bohême, et, partout, des témoignages de célébrités locales ou internationales. L’endroit est visiblement couru et réputé.

Mais une chose me chiffonne : rien ne s’apparente à une évocation musicale au milieu de ces frivolités. C’est désolant quand on sait l’importance de leur musique pour les Tchèques, et les relations privilégiées de plusieurs de leurs représentants avec les Etats-unis. Je m’en ouvre au caissier qui hausse ses sourcils de façon démesurée quand je lui parle de Dvořák. Il est vrai qu’il avait plus l’air de venir des faubourgs de Mexico que des rives de la Vltava. Mais l’oreille de la gérante traînait par là : « mais si, nous avons de la musique, attendez ! » Hélas, l’appareil qu’elle s’efforçait de mettre en marche n’a jamais voulu fonctionner, ce qui fait que je ne saurai jamais si le Little Czech Bakery fait retentir dans le Lone star state les Danses slaves ou la Symphonie du Nouveau Monde

Nous repartons avec les précieux kolaches. Calamity Jane avait raison, il sont délicieux.

Advertisements

Une réflexion sur “Sur la route de Dallas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s