Une semaine au Texas

La première partie de notre voyage s’achève à l’aéroport de Dallas-Forth Worth. De là, nous prendrons un vol intérieur (très bon marché) pour rejoindre le Nevada. Pour l’heure, c’est le temps du bilan.

Au vu de mes craintes initiales, il est positif. Le Texas est beau et plus varié que je ne l’imaginais. Sa facette latino est très prononcée, au-delà des attentes, et j’ai déjà insisté sur l’origine multiculturelle de sa population.

texas-trajet1

Début de notre trajet : de Houston à San Antonio avec une courte escapade à Castroville

Côté bonnes surprises, je retiens surtout San Antonio, le musée JFK de Dallas et Forth Worth, pas pour son côté western qui ne m’a guère convaincu dans cette dernière ville, mais bien pour le charme de son centre.

P1100758

Water Garden (Forth Worth, Texas)

Les Texans, si imbus de leur pays et fiers de leur indépendance, sont-ils hautains ? Nous ne l’avons pas ressenti. Mais il est vrai que leur façon de parler, énergique et avec une accentuation prononcée des syllabes fortes, a quelque chose d’intimidant qui peut insupporter, même lorsque le discours ne contient rien de cet ordre.  Un gars m’a interpellé dans la queue d’une station service. Je n’ai pas compris ce qu’il voulait me dire, mais son ton impérieux m’a fait penser qu’il s’agissait de quelque chose de grave. Je l’ai fait répéter : il me parlait simplement de la météo. « It’s goin’ to rain tonight », me disait-il, mais asséné avec tant de conviction dans la scansion que cette phrase inoffensive et somme toute amicale sonnait comme un avertissement, avec ses accents de rap sur les syllabes go, rai et to.

texas-trajet2

Deuxième partie du trajet au Texas, de San Antonio à Forth Worth-Dallas avec les étapes à Austin et au Czech Stop.

Relative déception pour les amateurs de clichés, les Texans ne se baladent pas colt à la ceinture, du moins pas tous. Nous avons vu un seul autochtone équipé la sorte, du côté de Castroville, la cité alsacienne. Ce qui ne retire rien au débat sur les armes en vente libre. Peu après notre départ, deux fusillades ont eu lieu à Austin, la ville aux charmantes chauves-souris, faisant un mort (ceci étant dit, la criminalité par armes à feu reste dans ce coin moindre que celle déplorée chez nous, dans la seule ville de Marseille).

P1090919

Capitole d’Austin

Une question pour terminer : pourquoi les Américains mettent-ils leurs lunettes de soleil par-dessus leur casquette ? Vous me direz, au pays où Superman enfile son slip sur son pantalon, c’est peut-être normal. Mais je n’ai jamais vu une telle pratique ailleurs. J’ai essayé avec mes lunettes, ça ne marche pas. Soit elles tendent à glisser, soit elles restent en place mais je dois sans cesse m’assurer qu’elles sont bien là. Bref, je ne suis pas un Américain.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s