Chicago : tavernes, calembredaines et fontaines

P1160054 (2)

Entrée de la Billy Goat Tavern : une institution locale et son humour incompréhensible pour les étrangers

Mais le plus connu sans doute des restos de Chicago est une taverne miteuse, que l’on rejoint en empruntant un escalier de béton qui descend vers une voie de passage. La Billy Goat Tavern a construit sa réputation autour d’une série de légendes et anecdotes complètement inconnues en Europe, et si certains de ces bons mots placardés sur la vitrine font apparemment s’esclaffer les locaux, ils nous laissent complètement coi. Mais s’attendrait-on d’un Américain qu’il goûte sur le fait et sans réserve l’humour hexagonal et franchouillard de Coluche ou des Guignols de l’info ?

P1160068 (2)

Un bar comme dans les films !

P1160076 (2)

La chèvre de Billy, symbole du lieu et malédiction célèbre de l’équipe de Baseball locale

Il reste un endroit évocateur que l’on a eu le sentiment de croiser maintes fois dans des films, au service alerte et familier.

La flânerie dans Chicago a ses incontournables. Ici, l’art moderne est mis à disposition de tout un chacun. Les immenses écrans ruisselants – comme des tombeaux de Houdini n’en finissant pas de verser des pleurs – s’ornent de visages étroitement cadrés.

Le personnage (rendu à la façon des horripilantes animations de http://www.tetesaclaques.tv) minaude, sourit, se renfrogne et finit par joindre les lèvres, signal qu’un jet dru va jaillir de l’emplacement de la bouche. Et platch, la puissante fontaine éclabousse un sol déjà détrempé.

Télé-crachat

Télé-crachat

Il fallait y penser, mais fallait-il le réaliser ? Je n’en sais rien, mais dans mon for intérieur je me félicite que seuls des visages aient été filmés.

A deux pas de là, un haricot géant reflète l’univers sur sa paroi tout entière.

Ciel, mon reflet

Ciel, mon reflet

Cette chose dénommée Cloud Gate est tripotée par des touristes ébahis de retrouver leur image hilare dans une multiplication qui aurait pu peupler un cauchemar de Jorge Luis Borges.

P1160249 (2)

Haricot magique ou Cloud Gate

C’est réussi, sans doute, intrigant, à la fois simple et ludique, peut-être pas inoubliable mais sans aucune mesure avec les expérimentations criardes de certains artistes contemporains à Paris ou Versailles.

P1160246 (2)

Sous l’oeil du Cloud Gate

La fontaine de Buckingham, à dix minutes de marche plus au sud, joue dans un autre registre. Les photos sont trompeuses, en offrant l’image banale d’une fontaine pseudo-versaillaise, avec ses monstres marins crachant des jets et la gerbe centrale s’élevant vers le ciel.

P1160292 (3)

La gigantesque Buckingham Fountain

En réalité, c’est une autre paire de manches : le monument est d’un gigantisme qui sidère, si bien que les embruns exhalés avec force aspergent copieusement les visiteurs imprudents. L’endroit est propice aux photos de mariage en grande pompe – c’est le cas de le dire – avec tout le kitsch fastueux prisé dans ce pays, et nous avons croisé des défilés de demoiselles d’honneur impeccablement accoutrées croisant des bandes de jeunes latinas célébrant une fiesta dorada.

Cinq filles dans le vent

Cinq filles dans le vent

Noces de baudruche

Noces de baudruche

A deux pas de là, une compagnie de ballet s’entraînait sous l’oeil d’un photographe. Cette fontaine est un lieu de vie et de rendez-vous des habitants, quand les touristes se pressent ailleurs.

Position parfaite (du photographe)

Position parfaite (du photographe)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s