En passant par Prairie du Chien

Adieu Wilmette

Adieu Wilmette

Le départ de Chicago se fera en voiture. Nous prenons un Uber pour rejoindre l’agence de location, à l’aéroport Midway International de Chicago. Mes recherches depuis la France m’avaient démontré qu’une location depuis cet endroit – et seulement celui-ci – était beaucoup moins chère que depuis n’importe quel autre lieu de Chicago. Mystère des tarifs ! Nous ne paierons que l’équivalent d’une petite berline en Europe pour un confortable van capable d’emporter jusqu’à 8 passagers. C’est, incompréhensiblement, beaucoup moins onéreux qu’un 4×4 – et cela tombe bien, car en décortiquant les petits caractères de l’assurance de la carte de crédit, je m’étais aperçu que les 4×4 en étaient explicitement exclus… Bonjour les tracas en cas d’accident.

Pour l’heure, le type taciturne qui sera notre chauffeur Uber réalise l’exploit de se tromper dans l’adresse de prise en charge à Wilmette. En Amérique, les villes sont souvent découpées en carrés, si bien qu’il suffit d’énoncer le nom de deux rues pour identifier tout de suite l’emplacement. C’est du moins ce que je pensais avant que le ténébreux conducteur ne s’égare je ne sais où, avant de nous trouver et nous mener à travers Chicago à force d’accélérations intempestives tout en s’enfilant subrepticement des rasades d’un liquide non identifié. C’est avec un réel soulagement que nous prenons à la fois congé de cet inquiétant rustaud et possession du magnifique van Nissan Quest – jamais je n’ai conduit de véhicule plus grand, mais sa prise en mains est immédiate et sans accroc. Heureusement que les usagers de la route, à l’inverse de notre Fangio de l’Uber, observent en général une prudence bienvenue, même sur les bretelles encombrées – je mesure la différence avec la conduite primate qui a envahi notre cher vieux périphérique.

Vers l'Ouest : enfin seuls !

Vers l’Ouest : enfin seuls !

Direction l’Iowa : d’abord plein nord vers Milwaukee, puis cap à l’ouest. La route devient plus tranquille à mesure que nous laissons la métropole derrière nous. Mais le retard pris à Chicago nous fait arriver un peu tard à Prairie du Chien, dans le Wisconsin, pour visiter les tumulus indiens à Effigy Mounds. Notons que Prairie du Chien ne se prononce pas du tout à la française, et quand je devais apprendre à un habitant de l’Iowa que pwèwdouchinn pouvait se traduire par « dog’s meadow », il me jeta un regard médusé.

Une villa de Prairie du Chien

Une villa de Prairie du Chien

Vu à Marquette

Vu à Marquette

Nous traversons le Mississippi pour rejoindre quelques kilomètres au sud de Marquette un belvédère ouvert sur le grand fleuve. Nous n’avions jamais vu ce cours d’eau, et son immensité nous surprend. Nous ne nous attendions pas à trouver une sorte d’Amazone dans cette région si éloignée de la Louisiane ! La nature est partout, y compris dans les essaims de moustiques pour qui c’est open bar.

Le Mississippi depuis Pikes Peak

Le Mississippi depuis Pikes Peak

C’est vrai qu’il se fait tard. Motivés par les attaques en piqué des moustiques et la perspective du chemin restant pour Decorah, nous reprenons la route.

Le petit bout de route entre Chicago et Decorah

Le petit bout de route entre Chicago et Decorah

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s