Crise de nerfs au Lac Tahoe

Butch Cassidy (qui y est)

Butch Cassidy (qui y est)

Certaines destinations, a priori, promettent peu. De ce point de vue, Winnemucca est une splendide réussite : il n’y a rien à y faire. L’endroit possède une petite renommée pour avoir été le témoin d’un hold-up perpétré par Butch Cassidy et sa bande. C’était en 1900. On pensait trouver une évocation de cette légende de l’Ouest, une statue, une plaque commémorative, des porte-clefs en plastique certifié. Que dalle. Pourtant, Robert Redford avait revisité la légende de l’outlaw dans les années 1970. Rien n’y fait : Cassidy est déclassé, et rien sur Robert. Sauf un bar, dont la façade glauque nous dissuade d’en pousser la porte.

Elko, Winnemucca, Reno, South Lake Tahoe

Elko, Winnemucca, Reno, South Lake Tahoe

Telle est la vie du voyageur impromptu, traçant son voyage au fil d’étapes négligées par les grands circuits. La méthode peut avoir du bon – sans quoi nous n’aurions visité ni le Montana, ni Elko – mais comporte son lot inévitable de déchet. Et sans vouloir être désagréable pour les gens de Winnemucca, cette dernière localité répond parfaitement aux critères du tri sélectif.

Reno, Nevada

Reno, Nevada

Reno aussi a une sale réputation. Ce serait pour le coup un autre Las Vegas, mais en plus miteux. Est-ce justifié ? Une simple pause déjeuner dans cette ville ne nous en donne pas l’impression. Les ors clinquants des grands casinos sont bien là, accueillant joueurs dans une atmosphère éthérée et, selon la rumeur, saturée d’oxygène pour maintenir tout ce beau monde dans une douce euphorie. Quoi qu’il en soit, cela fonctionne et possède un charme certain qui rend la fréquentation fugitive des tables de jeux moins sordide qu’on pourrait se le figurer.

Rive sud du Lac Tahoe

Rive sud du Lac Tahoe

Nous dormons ce soir près du Lac Tahoe. L’endroit est connu : il s’agit d’un des plus grands lacs de montagne américains. Peut-être, mais pas de coup de foudre. Il y a trop de monde, des 4×4 charrient des bateaux emplis de kayaks tandis que des enfilades infinies de cyclistes en habits fluo se disputent le trottoir avec des joggeurs musculeux.

Et puis, des lacs comme ça, il y en a plein chez nous, et s’ils sont un peu plus petits, on se demande ce que ça change à l’affaire. Certes, c’est joli. Mais bon, de là à faire le voyage transatlantique pour jouer des coudes sur les rives du lac Tahoe…

Premier accroc du voyage pour l’hébergement : la chambre climatisée avec baignoire dûment réservée ne comporte ni baignoire, ni climatisation. La piscine quant à elle est à sec. A la réception, une autre famille a encore moins de chance que nous puisque sa réservation s’est évanouie dans la nature. Je vois le père, PC portable grand ouvert, faire les cent pas dans la réception, en ligne directe avec un gérant visiblement peu concerné par l’affaire, tandis que femme et enfants virent pivoine.

A l’écoute de mes pauvres problèmes de clim, la réceptionniste réagit comme dans mes lointaines lectures de Pif Gadget. Elle se dresse, ouvre un placard, en extirpe une poche de glace qu’elle plaque sur le haut de son crâne. Puis, ainsi coiffée, elle emprunte la sortie pour s’en aller déambuler au petit bonheur la chance dans la pinède bienfaisante. Tant pis pour les visiteurs avec leur lot de clim fantôme, de baignoire invisible et de réservation évanescente. Mais il faut respecter la douleur d’une hôtesse au bord de la crise de nerfs.

Pluie sur Tahoe

Pluie sur Tahoe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s