Plein ouest

Rendus à Mérida, nous voici au point le plus occidental de notre voyage. La suite nous mènera au sud puis vers Cancun, par une route différente qu’à l’aller.

Yucatan : étapes du trajet "aller"

Yucatán : étapes du trajet « aller »

Dans le contexte de la « zone Caraïbes », voici où nous avons jusqu’à présent voyagé :

Autour du Golfe du Mexique

Autour du Golfe du Mexique

Ce trajet ne prend en théorie qu’un peu plus de sept heures, soit à peu près la durée pour rejoindre Marseille en voiture depuis Paris. Encore faut-il ajouter les nombreuses petites excursions pour visiter des cenotes, souvent beaucoup plus longues que prévues en raison des multiples ralentissements déjà évoqués. Sans parler de l’attention permanente que cette conduite exige : les routes de campagne transpercent une nature épaisse, d’où Dieu sait quel animal peut surgir ; les villages peuvent être le terrain de jeu d’un Fangio yucatèque ; les grands axes, quant à eux, loin d’offrir la sûreté relative de nos autoroutes, n’incitent qu’à redoubler de vigilance.

Carrefour à Ticul

Carrefour à Ticul

Nous faisons une halte dans les cenotes jumeaux et si différents de X’batun. Le premier est abrité par une alcôve naturelle où nichent oiseaux et chauves-souris. L’eau clapotante héberge poissons-chats et friture plus menue, désireuse de venir picorer nos pieds. Une fish-pédicure inattendue et chatouilleuse. Le deuxième a tout d’un étang ouvert plein ciel, avec nénuphars et volées de libellules. Son eau trouble laisse entrevoir la nage énergique de perches zébrées. Ce dernier vaut surtout pour le théâtre de lianes qui lui sert d’écrin, où se faufilent des iguanes à la peau fripée.

Poisson-chat

Poisson-chat

Iguane

Iguane

Le site féerique de X Batun

Le site féerique de X Batun

L’endroit est encore embelli par le vol de milliers de papillons jaunes, comme on peut en voir dans les films de Disney. Mais il souffre d’une plaie : les taons. Impossible de faire un pas sans être importuné par des volées de grosses mouches à la piqûre exquise. Pour échapper à cette plaie digne de l’Ancien Testament, on n’a rien trouvé de mieux que de s’enfermer dans la voiture, relever les vitres et mettre le cap sur l’hôtel réservé à Uxmal, en priant le ciel pour qu’il soit pourvu de moustiquaires.

Au Uxmal Maya Resort

Au Uxmal Maya Resort

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s