Au volant en Floride

Je sais que la Floride a mauvaise presse chez nous. Ce n’est sans doute pas l’état d’Amérique auquel on pense pour un voyage dans ce pays. Nous l’avons déjà visitée, il y a quelques années. Il est vrai que Miami n’est pas sympathique : chère, crasseuse par endroits, sans grand intérêt, malgré les hôtels Art Déco et la somptueuse salle du New World Symphony, tortillée comme toutes les œuvres de Gehry, l’architecte.

Sunset à Matlacha

Sunset à Matlacha

C’est avec soulagement que je retrouve les routes américaines, après le Mexique et ses mille dangers. Ici, je ne suis plus au volant, mais installé à une place de choix du plus grand Cinémascope au monde, ouvert en plein sur le panorama de Floride. Je partage la chaussée avec d’énormes pick-ups et des voitures de sport rutilantes. Chacun vit sa vie sur sa file, au gré de la vitesse programmée sur le régulateur. Vous êtes derrière un traînard ? Un appel de phares serait malvenu. Libre à vous de le dépasser sans faire d’esclandre, au besoin en prenant la file de droite. Beaucoup de décapotables. Quelques Wolkswagen et Audi, des autos japonaises aussi, pas vu de françaises. En ville, quand le feu est rouge on peut tourner à droite après avoir marqué un temps d’arrêt. Pratique. Pas de priorité à droite. Le premier arrivé à un carrefour traverse, le deuxième attend son tour, et voilà. Souvent on me fait signe pour passer.

Il reste une menace. Certains profitent de la placidité généralisée des conducteurs pour slalomer entre les voitures. Je les vois parfois surgir dans le rétroviseur pour glisser derrière mon pare-chocs et filer dans un rugissement. Je serais bien embêté en cas d’accrochage, ne sachant même pas comment on dit « enfoiré de chauffard » et « constat amiable » en anglais.

Sur le Golfe du Mexique

Sur le Golfe du Mexique

La côte ouest a tout pour plaire. Le soleil y est supportable, la mer chaude et bienfaisante comme une Méditerranée dans un été éternel, la nature foisonne. Les villes sont impeccables. Les locaux aiment la pêche et beaucoup d’entre eux se promènent au soir sur les plages en quête de coquillages. Nous voyons des dauphins s’amuser près de Matlacha. Les lagunes hébergent de paisibles lamantins, ces vaches marines ayant trouvé refuge sous la surface de l’eau pour fuir la folie des hommes. Des milliers d’oiseaux échassiers viennent ourler d’une frange duveteuse des marais où maraude l’alligator à l’échine crénelée (bien envoyé, non, comme phrase ? Y’en a qui se sont fait admettre à l’Académie pour moins que ça, croyez pas ?)

Flippez pas, c'est un dauphin

Flippez pas, c’est un dauphin

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s